Excite

Jules Bianchi, ses obsèques à Nice

  • @getty Images

Le monde de la F1 est en deuil. Après neuf mois de coma, le jeune pilote de 25 ans, Jules Bianchi, est décédé dimanche. Ses obsèques se sont déroulées à Nice.

De nombreux pilotes de F1, retraités ou toujours en exercice, Français et étrangers, ont rendu hommage à l'un des leurs en étant à Nice en la cathédrale Sainte Réparante. Romain Grosjean, Lewis Hamilton, Felipe Massa, Nico Rosberg, Sebastien Vettel, Alain Prost, Jean Todt, président de la Fédération Internationale, et son fils Nicolas, ont accompagné la dernière dépouille de Jules Bianchi, dont le cercueil était porté par de jeunes pilotes, ses frères de course, au son de la version acoustique de la chanson Hotel California.

Photos de l'accident de Jules Bianchi.

La cérémonie, très intime, à laquelle participaient le maire de Nice, Christian Estrosi, et Thierry Braillard, le Secrétaire d'Etat aux Sports, a été magnifique. Le prêtre a prononcé des mots forts, La mort de Jules est profondément injuste. Il a été heureux, car il a fait de son rêve une réalité. La course automobile, c'était sa vie, sa vocation. Il était un champion doté d'un rare talent, mais aussi un jeune homme à la stature aussi haute que la profondeur de son humilité.

Une centaine de personnes était sur l'esplanade où elles ont pu signer un registre de condoléances. A la fin de la cérémonie, à la demande du prêtre, Jules Bianchi a été applaudi pendant de longues minutes, Mistral Gagnant, la chanson de Renaud, à clôturé les obsèques.

Jules Bianchi avait été victime d'un grave accident de voiture au Grand Prix du Japon, en octobre 2014. Il avait percuté une dépanneuse qui avait dégagé la Sauber de l'Allemand Adrian Sutil. Jules Bianchi avait été blessé à la tête et transporté d'urgence à l'hôpital. Il avait été opéré d'un hématome sous-dural et placé dans le coma. Lorsque son état l'avait permis, il avait été rapatrié par sa famille à Nice. Ses parents donnaient de temps en temps des nouvelles qui ne variaient pas. Jules Bianchi ne montrait aucune signe d'amélioration. Il constituait l'espoir de la F1 grâce à sa façon de conduire. En 2013, l'écurie Marussia le confirmait en tant que pilote titulaire. En 2014, à Monaco, un circuit très difficile, il remportait deux points. Le N°17 sur les voitures sera retiré définitivement. C'est l'hommage rendu par la Fédération Internationale de l'Automobile à Jules Bianchi.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017