Excite

Michael Jackson a été tué !

Les résultats de l'autopsie de Michael Jackson ont enfin été rendus publiques et selon les dernières conclusions du coroner, il serait possible qu'il ait été victime d'un homicide.

Un cocktail mortel

En effet, selon le dernier rapport d'autopsie, on sait désormais la cause de la mort du Roi de la Pop. Celui-ci serait décédé d'une surdose médicamenteuse impliquant plusieurs produits dont du Propofol (fort sédatif) mais aussi du Lorazepam et du Midazolam, deux autres produits de la même catégorie que le premier. C'est bel et bien un "cocktail mortel" qui aurait été administré à Michael Jackson quelques heures avant sa mort.

Le Dr Murray au coeur de la tourmente

Au coeur de la tourmente se trouve le médecin personnel de la star qui le suivait depuis longtemps et qui tentait de l'aider à se soulager de ses insomnies chroniques, le Dr Conrad Murray. C'est en effet lui qui était présent au moment de sa mort et qui aurait injecté le Propofol puis donné les deux autres somnifères à Michael Jackson.

Selon ses propres déclarations, il a admis injecter depuis quelques semaines des doses de 50mg de Propofol quotidiennement. Mais, pour éviter de voir la star sombrer dans la dépendance, il aurait réduit la dose à 25mg en compensant avec le Lorazepam et le Midazolam.

D'autres médecins impliqués ?

Cependant le Dr Murray insiste sur le fait que le chanteur consultait également d'autres médecins qui auraient pu lui prescrire des produits incompatibles avec son traitement ou des doses plus fortes de Propofol. Il aurait en effet remarqué des traces de piqûres sur le corps de Michael Jackson mais ce dernier avait alors évoqué des "cocktails pour l'aider"...

Aujourd'hui le Dr Conrad Murray reste le principal suspect dans cette affaire et pourrait bien être inculpé d'homicide dans les semaines à venir. Cependant, il sera bien difficile d'établir toutes les responsabilités dans la mort de Michael Jackson, disparu brusquement le 25 juin dernier.

Photo : montage

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017